Rejoignez nous !

Football

Claude Puel (ex-LOSC) pointe du doigt les « projets Mbappé » initiés par certains parents

Publié

le

Crédit Photo : Le Petit Lillois / Corentin Betrancourt

Un phénomène néfaste apparaît de plus en plus fréquemment sur les terrains de football : les projets Mbappé, visant à faire de son enfant une star du ballon rond. Par le biais d’un documentaire, Claude Puel se veut militant.

Aujourd’hui, le football est l’un des sports les plus populaires au monde, pratiqué par des millions de personnes à travers le globe. Il est ainsi l’auteur de belles histoires, notamment de jeunes joueurs qui atteignent le haut niveau de plus en plus tôt. A l’image de l’évolution de Kylian Mbappé, aujourd’hui âgé de 25 ans, certaines ascensions sont inspirantes, parfois un peu trop même. Certains parents voient désormais en leurs enfants de futures stars en devenir. Des violences dès le plus jeune âge peuvent ainsi être malheureusement être observées.

Ces actes sont de plus en plus nombreux et se développent autour d’un phénomène prenant de plus en plus d’importance : « le projet Mbappé ». Ce projet, comme il est appelé, fait référence à la volonté de voir son enfant faire carrière dans le football et ce, le plus tôt possible. Les familles en sont souvent à l’origine, avec un désir d’assurer l’avenir de leur enfant mais également le leur. Une facette du football qui a été détaillée dans le documentaire « 450 grammes : le poids de la passion », publié sur YouTube. On y retrouve notamment Claude Puel, ancien coach du LOSC. Il a souvent eu la réputation de mettre la jeunesse en avant et peut donc s’exprimer avec aisance sur le sujet : « On entend beaucoup de choses autour du football, autour de la notoriété, de l’argent qui fait tourner les têtes. Des parents qui se disent que si leur fils a des qualités, ils peuvent en profiter pour faire vivre la famille. Parfois, on le regarde comme la solution pour gagner de l’argent ».

Ce projet Mbappé ne vient pas que des familles et entourages de joueurs. Certains éducateurs voient leurs joueurs comme des possibilités de se faire connaitre dans le monde professionnel. Ils vont donc mettre une pression importante sur les épaules du jeune. Un aspect qui dessert la progression selon Claude Puel : « Comme dans toutes corporations, il peut y avoir des éducateurs qui ne font pas leur travail, qui ne le font pas bien. Un éducateur, il éduque, c’est dans la nomination ».

L’exemple du LOSC

Ce rôle d’éducateur est d’ailleurs primordiale dans l’évolution d’un jeune, car c’est souvent par le biais de ses qualités mentales qu’il pourra s’avérer apte à briller au plus haut niveau. Du côté du LOSC, les exemples récents ne sont autres que Lucas Chevalier (22 ans), Leny Yoro (18 ans) et Ayyoub Bouaddi (16 ans). Les trois ont rapidement gravi les échelons, aussi parce qu’ils étaient « performants » en-dehors du terrain. Aujourd’hui, cet aspect est pourtant parfois négligé. A notre micro, Sébastien Pennacchio était revenu sur son importance : « Aujourd’hui, les garçons qui jouent chez les professionnels, on peut se rendre compte que ce sont aussi, humainement, ceux qui ont énormément de valeur de travail, de respect, qui ont assuré scolairement… Donc pour nous, c’est du pain béni. Ils servent d’exemples, surtout que c’est important pour les jeunes de pouvoir se projeter en ayant des sources d’inspiration », nous confiait-il. Alors oubliez ces fameux « Projets Mbappé ».

Le documentaire « 450 grammes : le poids de la passion »

Advertisement

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR