Rejoignez nous !

Football

Droits TV : Philippe Diallo, président de la FFF, craint des dépôts de bilan en Ligue 1

Publié

le

Crédit Photo : David Ramos/Getty Images

Alors qu’aucun accord n’a encore été trouvé pour la diffusion de la Ligue 1 sur la période 2024-29, l’inquiétude gagne jusqu’à la direction de la Fédération française de football.

Les mois se suivent, les jours défilent, et pourtant, rien ne semble réellement avancé. Dans près de deux mois, la Ligue 1 reprend ses droits, mais à l’heure actuelle, il ne sera pas possible de suivre ses rencontres à travers un petit écran, aucun accord n’ayant encore été trouvé en ce qui concerne sa diffusion pour la période 2024-2029. Récemment interrogé à ce sujet, Olivier Létang faisait part d’une certaine inquiétude collective, même si le cas du LOSC était l’un des plus réjouissants : « Si les dirigeants des clubs n’étaient pas inquiets, ce serait être inconscient. On a tous envie d’une issue rapide, car la pire des choses est l’incertitude. On n’est pas les plus inquiets, parce qu’on a aussi une évolution économique très intéressante, qui nous permet d’être entre guillemets tranquille. On a besoin de savoir quels seront les moyens des clubs et les équipes qui pourront débuter le championnat. Certains clubs sont en difficulté et s’il n’y a pas de droits TV l’an prochain, ce sera effectivement très complexe », lançait le président lillois en conférence de presse ce mercredi.

Ce climat de haute tension s’intensifie et atteint désormais les plus hautes sphères du football français. Pour preuve, Philippe Diallo, président de la Fédération française de football, s’est récemment alarmé au Sénat, partageant sa crainte de voir des écuries déposer le bilan dans les semaines à venir : « Je pense qu’il faudra attendre l’issue de l’actuel appel d’offres sur les droits TV pour voir dans quelle situation se trouvent nos clubs. Nous avons eu deux années où les clubs ont bénéficié de l’apport de CVC. C’est désormais terminé. Un montant de droits qui ne serait pas en ligne avec les estimations qui ont pu être faites par la Ligue plongerait un certain nombre de nos clubs dans de grandes difficultés. Si l’atterrissage de l‘appel d‘offres actuel n’était pas celui qu’on attend, bien évidemment que nous serions confrontés à des difficultés financières très importantes qui pourraient peut être amener certains à envisager des dépôts de bilan », évoque-t-il avec crainte.

Il poursuit néanmoins avec plus de sérénité, réaffirmant sa confiance à la Ligue de Football Professionnel : « Mais nous n’en sommes pas là. Quand on évoque le milliard, je n’en fais pas un totem, c’est seulement le regard porté sur nos concurrents. Le football français est un foot ambitieux, la Ligue est ambitieuse car elle souhaite être dans les meilleures ligues européennes. Pour ça, il est nécessaire de pouvoir avoir des joueurs. Et pour avoir des joueurs, il est nécessaire d’avoir des revenus. Et l’une des principales sources de revenus, ce sont les droits audiovisuels. Et quand on regarde la valorisation des championnats qui nous sont comparables, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, l’Angleterre, le sentiment du foot français, c’est qu’il est sous valorisé. Les 500 millions qui ont été relayés par la presse, c’est la valorisation faite par un certain nombre de diffuseurs mais ce n’est pas l’objectif de la ligue qui a fixé des objectifs plus importants », conclut ainsi Philippe Diallo au Sénat.

Advertisement

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR