Rejoignez nous !

Football

Bafodé Diakité (LOSC) : « L’Europe ? J’ai kiffé et je me rends compte que je veux plus ! »

Publié

le

Crédit Photo : Le Petit Lillois / Corentin Betrancourt

Cette saison, Bafodé Diakité a vécu sa première campagne européenne et si elle s’est cruellement conclue ce jeudi, le jeune joueur du LOSC a beaucoup appris.

Candidat à une sélection avec l’équipe de France olympique dirigée par Thierry Henry, Bafodé Diakité (23 ans) progresse par paliers. Cette saison, sa deuxième au LOSC, il a découvert les joies des joutes européennes. Engagé en Ligue Europa Conférence, il a vu son parcours être brusquement stoppé jeudi dernier, suite à une cruelle séance de tirs au but face à Aston Villa (3-3 score cumulé, 3-4 t.a.b). Première saison européenne arrivée à son terme, il est l’heure de dresser un premier bilan : « L’Europe c’est quelque chose. Que ce soit la cadette des compétitions européennes ou pas, on se rend compte qu’il y a d’autres équipes qui veulent la même chose que nous, confie le défenseur central. En Ligue 1, on croit qu’il n’y a que nous au monde alors qu’en fait, quand on joue dans d’autres compétitions, on se rend compte qu’il existe d’autres équipes et qu’elles veulent la même chose que nous. Elles veulent aller le plus loin possible », lance-t-il.

Plus que ça, l’Europe a eu, en quelque sorte, l’effet d’un déclic chez Bafodé Diakité : « Je me rends aussi compte que je veux plus. Je veux plus, insiste-t-il. Ça donne envie de vouloir plus, d’aller chercher plus haut, de tout donner pour vivre de belles expériences. C’était ma première et ce ne sera pas ma dernière. J’ai kiffé à fond, vraiment. Des Îles Féroé à Aston Villa, j’ai kiffé à fond. J’ai pris du plaisir à chaque déplacement, même s’il pouvait exister un écart de niveau », confie ainsi l’ancien Toulousain, qui poursuit par le bouleversement que cette compétition a engendré dans ses habitudes : « Quand tu joues tous les trois jours, il y a cette notion de plaisir parce que comme tout footballeur, tu es content de faire ce que tu fais. Par contre, c’est vrai que ton corps n’a pas l’habitude. Il faut mieux récupérer pour être frais pour le match qui suit. Quand on aime ce que l’on fait, notre corps s’habitue plus vite. C’était dur, mais ça va. C’est surtout au niveau de la récupération que j’ai dû changer mes habitudes. Quand tu as une semaine complète, tu as le temps de récupérer. Là, tu dois tout enchaîner, les massages… et tout », conclut ainsi Bafodé Diakité, pleinement satisfait d’avoir pu profiter de cette première campagne européenne pour engranger de l’expérience.

Advertisement

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR