Rejoignez nous !

Football

Jonathan David (LOSC) : « On a énormément progressé grâce à Paulo Fonseca »

Publié

le

Crédit Photo : LOSC Médias

Jonathan David est récemment revenu sur sa progression depuis qu’il a posé ses valises chez les Dogues, vantant les qualités de la Ligue 1 et celles de son coach, Paulo Fonseca.

À l’aube d’un duel avec le Paris Saint-Germain, qu’il avait marqué de son empreinte par un but dans les derniers instants, Jonathan David (24 ans) doit affûter ses jambes, son arme offensive la plus précieuse. Malmené sur la pelouse de l’Olympique Lyonnais, où il a manqué l’immanquable à quelques centimètres des cages, le Canadien avait déjà évoqué son appréciation dans les moments clé, ce qui lui permettait de scorer : « Dans la surface, tout arrive tellement rapidement que tu n’as pas le temps de réfléchir, tout se fait à l’instinct. Finalement, tu fais ce que tu crois bon. Dans nos appels, même si tu n’es pas au bon endroit ou que tu ne reçois pas le ballon, tu peux libérer de l’espace à tes coéquipiers, dans tous les cas, ça aide. »

S’il ne vit pas sa saison la plus prolifique, Jonathan David poursuit sa progression sous les ordres de Paulo Fonseca, un entraîneur qui permet à l’ensemble de l’effectif lillois de s’accrocher dans cette même ascension : « On peut le voir très facilement (que Paulo Fonseca fait progresser ses joueurs, ndlr), et pas seulement avec moi. Depuis qu’il est arrivé l’année passée, le système de jeu a changé. On joue un jeu avec beaucoup plus de possession avec plus d’automatismes. C’est sûr que sur ce point-là, on a progressé en tant qu’équipe. A côté de ça, c’est vrai que sur plein de petits détails, inhérent à ce jeu, on a tous énormément progressés », confie le buteur des Dogues qui estime que cela ne passe pas par des entraînements intensifs, comme certains ont pu le prétendre par le passé : « Je ne pense pas que les entraînements de Paulo Fonseca soient les plus exigeants. Quand Christophe Galtier était là, c’était pareil. Aujourd’hui, les entraînements sont plus longs, c’est peut-être ça qui rend la chose plus difficile pour certains. »

La Ligue 1, un bon terrain d’entraînement

Outre le travail de son entraîneur, et de celui de ses prédécesseurs, c’est également la qualité de la Ligue 1 qui a poussé le Canadien à poursuivre une courbe de progression continue : « Le championnat français est très difficile. Personnellement, j’ai dû apprendre à être plus malin parce qu’ici, tous les joueurs sont costauds, rapides et techniques. Tu n’as jamais le temps de réfléchir pour prendre une décision alors j’ai dû apprendre à être malin, en privilégiant parfois un jeu en une touche, une déviation ou partir dans le dos des défenseurs. »

Advertisement

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR