Rejoignez nous !

Football

Florian Thauvin (ex-LOSC) : « Les dirigeants de Lille m’ont fait passer pour le mauvais garçon »

Publié

le

Crédit Photo : Gabriele Maltinti/Getty Images

Brièvement passé par le LOSC avant de quitter le club par la petite porte, Florian Thauvin est revenu pour la première fois sur les événements survenus à Lille, ceux ayant conditionné son départ pour l’OM.

Aujourd’hui âgé de 31 ans, Florian Thauvin a découvert les joies du monde professionnel par le biais de son club formateur à Grenoble avant de rejoindre librement le SC Bastia en 2011. Pour sa première pige en Corse, il se fait ses premières armes avant de crever l’écran lors de la saison 2012-13. Cette année-là, il est acheté par le LOSC pour 3,5 millions d’euros avant d’être prêté six mois dans son club où il termine l’année avec 10 buts et 4 passes décisives en 32 rencontres de Ligue 1. Dans un entretien accordé au média Carré il y a quelques jours, l’ancien Marseillais revient sur son bref passage tumultueux chez les Dogues : « Lille me voulait (en janvier 2013, ndlr) et j’accepte d’y aller suite à une discussion avec Rudi Garcia. […] J’arrive, je passe ma visite médicale et je signe. À l’époque, on me sert la main et on me dit qu’on me revoit dans six mois. Je ne comprenais pas. On ne me l’avait pas dit, mais je devais retourner à Bastia et l’embrouille démarre de là parce que je ne savais pas. J’ai 19 ans à l’époque, je ne dis rien et je m’écrase. Je reprends la route et me voilà de retour à Bastia. Je fais six mois de folie. Je gagne la Coupe du monde U20, je suis meilleur espoir de Ligue 1 et j’ai Marseille qui me veut, ce qui était un peu mon rêve. J’étais allé découvrir le Vélodrome pour la première fois en jouant avec Bastia. Il était en travaux, mais il m’avait impressionné », confie le jeune tricolore à cette période de sa vie.

« Je commençais réellement à m’énerver. J’avais l’impression d’être pris pour un con »

Et c’est là que les choses se gâtent, lors d’un rendez-vous avec Frédéric Paquet, alors directeur général du LOSC (2009-2015) : « Je me retrouve dans une situation où j’ai signé à Lille, mais j’ai Marseille qui me veut. Quand je fais mon retour à Lille, Frédéric Paquet me convoque pour me proposer un nouveau contrat pour mes performances sur les six derniers mois. J’étais super content, même si j’avais Marseille dans un coin de la tête. Et en fait, quand j’arrive là-bas, il me défonce : ‘Pour qui tu te prends, tu n’as rien fait dans le football. Tu n’es qu’un petit jeune. Tu vas te la fermer, faire ce qu’on te dit et faire tes preuves sous notre maillot parce que nous, on t’a acheté.’ En fait, il n’était pas content parce que pendant la Coupe du monde, il y avait eu des interviews et j’avais parlé de Marseille. Je savais que les rumeurs étaient vraies donc je n’ai pas nié l’intérêt et c’est ce qui l’avait énervé. »

S’ensuit alors une escalade de circonstances. D’un côté, le joueur ne cache pas son envie de rejoindre l’Olympique de Marseille quand, de l’autre, des promesses sont faites, mais ne sont pas tenues par les dirigeants du LOSC. C’est là que les premiers différends émergent réellement : « Au retour de mes vacances, Frédéric Paquet s’était calmé et était revenu vers moi en avouant qu’il y était allé un peu fort et que le club comptait sur moi, qu’il fallait passer à autre chose. Et puis il finit en disant que, de toute façon, Marseille n’avait pas les sous pour m’acheter. Il me dit que j’ai coûté 3,5M€ et que s’ils mettaient 8M€ sur la table, le club me laissait partir », déclare ainsi Florian Thauvin, pensionnaire de l’Udinese. Je fais remonter l’information et Marseille propose 8 millions. Lille refuse et Frédéric Paquet vient me voir, me disant qu’avait été surpris par la proposition marseillaise. La même chose pour 10M€, l’offre est refusée. Là, Frédéric Paquet me dit qu’il a dû trahir ma confiance. J’avoue que ça commençait réellement à m’énerver. J’avais l’impression d’être pris pour un con. Il faut le dire. Et là, il me dit que c’est la dernière, que s’il y a une offre de 12 millions d’euros, ce sera bon. Marseille attend une semaine ou deux avant d’envoyer une nouvelle offre et là, Lille refuse encore. »

« J’ai servi de monnaies d’échange et le club a gagné plus de dix millions d’euros sur moi sans jamais que je ne porte le maillot. Et après c’est moi le méchant… »

C’est à ce moment-là que le point de non retour est atteint : « Je suis au club et je leur dit simplement que je me casse, qu’ils avaient trahi ma confiance et que ce n’était pas comme ça que je voyais la vie. Je rentre dans le vestiaire, je prends toutes mes affaires et je m’en vais. Je ne suis plus jamais revenu. Lille a fini par me vendre à Marseille pour un peu plus de 15 millions d’euros le dernier jour du mercato et ils m’ont fait passer, moi, pour le mauvais garçon. Une image que j’ai gardée pendant longtemps. J’ai fait l’erreur de ne pas en parler, j’avais honte. Je savais que j’étais dans mon droit et que je n’avais pas de raison de me justifier à l’époque. Au final, j’ai servi de monnaies d’échange et le club a gagné plus de dix millions d’euros sur moi sans jamais que je ne porte le maillot. Et après c’est moi le méchant, c’est un peu le monde à l’envers », conclut ainsi Florian Thauvin, évoquant pour la première fois son départ du LOSC six mois seulement après son arrivée.

Advertisement

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR