Rejoignez nous !

Football

Matchs à risques, interdiction de déplacements annoncée pour les supporters en Ligue 1

Publié

le

Crédit Photo : Anthony Dibon/Icon Sport

Une décision officielle est encore attendue, mais RMC Sport l’annonce avant l’heure, tous les déplacements de supporters adverses pour les matchs à risques seront interdits en France, et ce, jusqu’au 18 décembre.

Ce samedi, en amont de la rencontre opposant le FC Nantes à l’OGC Nice lors de la 14ème journée de Ligue 1 Uber Eats, un supporter nantais a été poignardé avant de succomber à ses blessures quelques heures plus tard. Un drame survenu alors que des supporters niçois véhiculés passaient devant un lieu de rassemblement de la Brigade Loire, groupe local d’ultras. D’importantes mesures ont ensuite été réclamées par différents acteurs du monde du football, à commencer par Daniel Riolo sur le plateau de l’After Foot, émission phare de la radio RMC Sport : « J’espère qu’on va enfin ouvrir les yeux une bonne fois pour toutes. C’est désolant de le dire, mais il faut arrêter les déplacements de supporters. C’est terminé, stop, on enterre l’idée. On est incapable de gérer ça en France parce qu’on a un public de sauvages », confiait-il le soir même.

Ce drame, qui s’ajoute aux nombreux incidents survenus tout au long de l’année 2023, a évidemment fait réagir Amélie Oudéa-Castéra. La ministre des Sports, invitée sur les antennes de RTL ce mardi soir, s’est également montrée particulièrement dure : « Des rixes entre supporters conduisent à des bus caillassés, à des forces de l’ordre sursollicitées sur la voie publique, à l’extérieur des stades, il faut d’abord décider d’un moratoire sur les déplacements de supporters, on ne peut pas accepter cette situation, et taper du poing sur la table tous ensemble. Je veux qu’on ait ce moratoire d’ici le 18 décembre prochain, qu’on ait un premier échange et qu’ensuite, il y ait une initiative forte et collective courant janvier avec un plan d’action complet », lançait-elle, rapidement suivie par Vincent Labrune, président de la Ligue de Football Professionnel (LFP) : « Nous devons prendre des mesures radicales. […] Le meilleur moyen de rétablir la situation à court terme dans notre sport est d’interdire les déplacements de supporters qui sont directement à l’origine de la majorité des troubles à l’ordre public. C’est le moment de frapper un grand coup », a confié l’ancien président de l’Olympique de Marseille, contacté par RMC Sport.

Ces propos, plus clairs que jamais, annonçaient d’ores et déjà la couleur et la nature des « sanctions » qui s’apprêtent à être prises. Selon les informations du média francilien, tous les déplacements des supporters adverses pour les matchs à risques seront interdits en France, et ce, jusqu’au 18 décembre, date à laquelle se réunit l’instance nationale du supportérisme (INS). Ces matchs, jugés à risques, sont ceux notés de 1 à 5 par la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH), ce qui concerne la majorité des rencontres de Ligue 1 et de Ligue 2. Cela se traduira par des interdictions de déplacements et des arrêtés préfectoraux, s’avance RMC Sport.

  • Cela ne concerne pas pour le moment la rencontre opposant Clermont à Lille le 10 décembre prochain.

Les classements (de 1 à 5) :

Classement risques 1 : flux important et inhabituel de supporteurs ou spectateurs.

Classement risques 2 : contexte dégradé susceptible de générer des comportements déviants de la part des supporteurs.

Classement risques 3 : risque de troubles à l’ordre public liés à un contentieux entre supporteurs ou au comportement habituel de certains supporteurs.

Classement risques 4 : risques avérés de troubles à l’ordre public liés à un contentieux chronique entre supporteurs ou à la présence avérée de supporteurs à risques.

Classement risques 5 : risques graves de troubles à l’ordre public nécessitant des mesures exceptionnelles.

Advertisement

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR