Rejoignez nous !

Football

Amandine Henry : « Le LOSC m’a offert une double chance »

Publié

le

Crédit Photo : Hugo Pfeiffer/Icon Sport

De Los Angeles à Lille, les Jeux Olympiques de Paris 2024 dans le viseur, Amandine Henry s’est confiée dans un long entretien accordé au journal L’Equipe.

Engagée avec les Bleues pour le rassemblement de ce mois de décembre, Amandine Henry (34 ans) n’a pas vécu une aventure de tout repos en équipe de France, où elle a été mise à l’écart pendant plus de deux ans lors du mandat de Corinne Diacre. De retour sous Hervé Renard, elle a néanmoins été contrainte de digérer une blessure au mollet, la privant de la Coupe du monde, avant de quitter l’OL à l’issue de sérieux remous. Une période loin d’être évidente à gérer : « Tout ça, ç’a été un ascenseur émotionnel énorme, et j’ai pris du recul. Quand je regarde d’où je reviens, je me dis : wow, maintenant, j’ai juste envie de kiffer. Ma carrière est plus derrière que devant, le palmarès est là, sauf en équipe de France. Je suis focalisée sur ça », confie-t-elle, sans filtre lorsqu’il s’agit d’expliquer les moyens qui lui ont permis de retrouver une vie apaisée : « J’ai eu la chance d’être très bien entourée par mes proches, mais j’ai aussi fait appel à une préparatrice mentale pour ne pas sombrer. Elle ne m’a pas donné les réponses, elle m’a aidée à les trouver. C’est le chemin qui compte. Je n’arrivais plus à faire le tri dans mes émotions, je n’arrivais plus à avancer, je broyais du noir. »

Un renouveau chez les Dogues

Si elle espère désormais pouvoir briller sous les couleurs de l’équipe de France, notamment aux Jeux Olympiques de Paris en 2024, c’est à Lille qu’elle poursuivra sa préparation, lors de l’intersaison américaine, continent sur lequel elle évolue à Angel City FC. Une opération étonnante, alors qu’elle était annoncée à Paris, qu’elle détaille de nouveau : « Ç’a été un choix naturel, même si ça a pu choquer (rires). J’avais aussi la possibilité d’aller en Australie, mais au niveau des trajets c’était vraiment trop galère. Je me suis rabattue sur l’Europe et le président (Olivier) Létang a été hyperréactif. C’était une double chance : me maintenir en forme après avoir retrouvé l’intensité du Championnat américain (quarts de finale de play-offs) et être au plus près de mes proches. Mon père était fou de joie, le LOSC est le club de cœur de la famille. »

Le Paris Saint-Germain, aligné dans de prestigieuses compétitions, aurait pourtant été un choix plus logique, mais pas pour la native de Lille : « C’est une belle histoire de revenir dans ma région. Je n’ai joué que dans de très grands clubs, à courir après les trophées. Je trouvais ça intéressant de jouer le maintien, relever ce nouveau challenge. J’ai hâte d’être à début janvier pour débuter », conclut-elle dans un long entretien accordé au journal L’Equipe.

Advertisement

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR