Rejoignez nous !

Football

László Bölöni (entraîneur du FC Metz) : « Ils ont été supérieurs à nous et je les félicite »

Publié

le

Crédit Photo : Icon Sport

Entraîneur du FC Metz, László Bölöni a été le premier à s’exprimer en conférence de presse, pointant du doigt l’arbitrage tout en reconnaissant la supériorité lilloise.

A l’issue de cette rencontre, disputée et remportée ce dimanche par le LOSC, l’entraîneur du FC Metz László Bölöni a eu bien du mal à analyser cette opposition entre Dogues et Messins. S’il ne souhaitait initialement pas parler d’arbitrage, il a fini par y revenir, inévitablement : « Je ne voudrais pas commencer par les penaltys. J’ai déjà joué un match où l’adversaire a raté quatre penaltys dans une finale de Coupe d’Europe. J’ai apprécié notre prestation, surtout en deuxième mi-temps. Ce qui nous fait mal, c’est plutôt de ne pas réussir à avoir plus de réalisme sur nos attaques, pour finir nos actions. […] Après, la fin de match était assez intense alors imaginez si on avait marqué un penalty… Ça aurait pu être autre chose. D’ailleurs, j’ai vu trois penaltys, pas deux. S’il doit y avoir dix penaltys, il faut siffler dix penaltys », a-t-il lancé comme première analyse.

Dans un second temps, c’est l’aspect mental des nombreux faits de jeu qui ont déjoué en faveur de ses hommes, c’est en tout cas ce qu’il retient : « Je ne sais pas si vous avez entendu la réaction du public quand on a loupé le premier penalty : le bol d’oxygène n’est pas arrivé chez nous, il est arrivé de l’autre côté. Et après, leur penalty est beaucoup plus discutable. Je ne comprends pas comment la VAR juge oui là-dessus, et non juste avant. Ces moments psychologiques n’ont pas joué pour nous et on a un peu perdu nos nerfs. On a eu un énervement passif et dans les cinq dernières minutes de la première mi-temps, on était presque K.-O. »

Enfin, élogieux avant de disputer cette partie, le technicien roumain l’a été tout autant en conférence de presse d’après-match, soulignant les points forts du LOSC, ceux ayant fait basculer la rencontre d’un côté et non de l’autre : « J’ai senti une capacité technique offensive plus qu’intéressante, cela leur a souvent permis de nous prendre à défaut. C’est surtout dans ce domaine la, le jeu rapide à une touche dans les 20 derniers mètres qui leur permet d’arriver plus facilement derrière les défenses. Cette capacité à jouer en déviation, à être plus rapide, ils ont été supérieurs à nous et je dois les féliciter pour ça », a ainsi conclu László Bölöni après la défaite concédée sur la pelouse de là Decathlon Arena – Stade Pierre Mauroy (2-0).

Advertisement

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR