Rejoignez nous !

Football

« Savoir dire stop », le bras de fer se poursuit entre Olivier Létang et la MEL après LOSC – FC Metz

Publié

le

Crédit Photo : Baptiste Fernandez/Icon Sport

Ce dimanche, la confrontation entre le LOSC et le FC Metz s’est clos par un énième round entre la MEL et Olivier Létang, président de la formation lilloise. Ce dernier a complété les propos tenus tout au long de la semaine écoulée.

Le schéma se répète, par médias interposés, chacun des acteurs se répond un à un. Ce dimanche, la réception du FC Metz, vaincu sur la pelouse de la Decathlon Arena – Stade Pierre Mauroy (2-0), a une nouvelle fois été l’occasion de livrer bataille. De passage en zone mixte, Olivier Létang, président du LOSC, a tenu à répondre à son homologue Damien Castelain : « Je suis le président du LOSC, je suis là pour défendre et protéger les intérêts du LOSC. […] Il faut arrêter avec le mensonge et le président de la Métropole ment aujourd’hui. C’est un ras-le-bol et j’ai envie de dire stop. Quand il dit qu’il n’est pas un pompier de service, ce sont des sujets que l’on évoque depuis trois ans, période durant laquelle on a essayé de trouver des solutions. Quand il parle des autres loyers, il n’est pas possible de le comparer à celui des autres clubs, d’autant plus que l’on parle, ici, d’une vingtaine de dates dans l’année. Il ment quand il dit que le LOSC n’est pas désavantagé. Dire que le LOSC est le club résident, c’est faux », affirme le dirigeant lillois. « Petite anecdote, quand on a été champion de France à l’issue de la saison 2020-21, il pleuvait et donc on avait souhaité faire les célébrations du titre au Stade Pierre Mauroy pour accueillir 50 000 personnes. On nous a refusé l’accès au stade. »

« Les loyers des deux derniers trimestres sont suspendus »

Le président du LOSC poursuit, s’interrogeant sur le soutien réel de la sphère politique locale : « On est un club fort et on n’est pas là pour se plaindre, mais pour se demander si une collectivité supporte son club et la réponse est non. […] Aujourd’hui, plutôt que d’être supporté, le LOSC est la vache à lait de la MEL, contribue à financer. On ne demande pas à ce que le coût du loyer passe au million, mais entre 1 et 7, il y a un écart. Au mois de février 2023, des engagements ont été pris pour que le coût d’exploitation soit inférieur aux 7 millions de cette année. Ils n’ont pas été respectés. On est un club fort, donc on avance, mais on veut que toute la communauté sache comment le club est traité », insiste ainsi la direction lilloise.

Enfin, dans une discussion par ricochets, Olivier Létang a été invité à évoquer deux points précis : la question des impayés et celle vis-à-vis de l’investissement récent de la Métropole Européenne de Lille au sein de la section féminine du LOSC : « Les loyers sont payés. Par contre, quand on est arrivé, il y avait une dette très importante, dont une dette stade avec un moratoire. Ce dernier est respecté. Cela fait trois ans que nous subissons la situation que vous connaissez désormais, on a écrit et informé qu’on suspendait les paiements des deux derniers trimestres, mais ce n’est pas arrivé comme ça du jour au lendemain, c’est quelque chose de connu qui fait suite aux trois années évoquées », indique-t-il, avant de clore cette partie par les Féminines : « La MEL était présente sur le maillot des professionnels, elle ne l’est plus, elle avait un certain nombre de prestations, elle ne les a plues pour basculer sur l’équipe féminine, ce qui veut dire que pour la MEL, il n’y a pas d’augmentation de l’engagement », conclut-il dans un dossier ni noir, ni blanc, mais gris, et qui, semble-t-il, n’aura peut-être jamais de fin.

Advertisement

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR