Rejoignez nous !

Football

La pelouse, grand frein au jeu de Paulo Fonseca pour LOSC – Stade de Reims

Publié

le

Crédit Photo : Daniel Derajinski/Icon Sport

Depuis l’entame de la Coupe du monde de rugby, la pelouse est un sérieux sujet de conversation chez les Dogues. Paulo Fonseca est d’ailleurs revenu sur ce point en conférence de presse, comme Lucas Chevalier ou encore Bafodé Diakité par le passé.

Le jeudi 14 septembre dernier, le XV de France était à Lille pour affronter l’Uruguay dans le cadre de la 2ème journée de phase de poules de Coupe du monde de rugby. Une première rencontre suivie de quatre autres oppositions dans la foulée.

  • Angleterre – Chili, le 23 septembre dernier
  • Ecosse – Roumanie, le samedi 30 septembre (21h)
  • Angleterre – Samoa, le samedi 07 octobre (17h45)
  • Tonga – Roumanie, le dimanche 08 octobre (17h45)

Suiveur assidu de cette compétition, Lucas Chevalier n’avait pas pu éviter de commenter l’état de la pelouse de la Decathlon Arena – Stade Pierre Mauroy : « J’espère que les jardiniers feront du bon boulot (rires) », avait-il lancé d’un ton amusé en conférence de presse.

Une semaine plus tard, de retour d’un déplacement à Rennes, c’était au tour de Paulo Fonseca de revenir sur le terrain que ses joueurs allaient devoir arpenter en Europa Conference League, contre le NK Olimpija Ljubljana le 20 septembre dernier. Son discours était déjà peu optimiste : « Je pense que la première condition pour avoir un bon match, c’est d’avoir une bonne pelouse. Je pense que cette condition n’est pas idéale, mais c’est comme ça. Nous ne pouvons pas faire autrement. Je pense que demain, ils vont tondre, mais le terrain n’est pas régulier. On va voir demain, mais quand on joue du rugby ici, c’est difficile d’avoir une pelouse de qualité », confiait le technicien portugais en avant-match, quelques heures avant que Bafodé Diakité ne poursuive en zone mixte à l’issue de la rencontre remportée par les Dogues (2-0) : « Cela nous a posé problème par moment. Je pense que si vous posez la même question à Lucas (Chevalier), il dira que ça l’a beaucoup gêné. Après, c’est un fait de jeu, c’est la Coupe du monde, on espère que si l’équipe de France abîme le terrain, c’est pour une bonne cause (rires). »

Ce samedi 23 septembre, c’est le XV de la Rose, opposé au Chili, qui foulait la pelouse de la Decathlon Arena – Stade Pierre Mauroy, de quoi rendre le terrain des Dogues encore un peu plus indigeste. Une situation qui inquiète particulièrement Paulo Fonseca, qui craint de ne pas pouvoir développer convenablement son jeu : « Je ne peux pas dire grand chose sur l’organisation du calendrier. Mais c’est difficile pour nous de jouer après beaucoup de matchs de rugby. Les conditions de jeu et l’état de la pelouse seront difficiles. Je pense que demain ce sera très difficile. Je ne crois pas que le terrain soit en bonne condition, surtout après deux matchs de rugby. […] Je sais que c’est difficile de bien voir de la télévision (contre le NK Olimpija Ljubljana, ndlr), mais le terrain est très irrégulier. Ce sera difficile de pratiquer un jeu de possession et de montrer de réelles intention de jeu », a-t-il déclaré, avant de poursuivre et d’insister encore un peu plus sur les difficultés qu’il s’apprête à rencontrer : « Le principal problème est la pelouse. C’est difficile de nous projeter sur demain, parce que nous ne nous sommes pas entraîné là. Demain, il faudra tenter de comprendre comment il est, et s’adapter. Il faudra peut-être limiter la prise de risque, mais c’est difficile aujourd’hui de programmer quelque chose dans notre travail, à cause de ça », a ainsi confié le technicien portugais, à la veille de la réception du Stade de Reims, ce mardi à 21h.

Advertisement

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR