Rejoignez nous !

LOSC

Christophe Galtier (ex-LOSC) : « Quand tu es champion de France, tu l’es à vie »

Publié

le

crédit photo : IconSport

Dans une interview accordée au quotidien sportif L’Equipe, publiée ce matin, l’entraîneur champion de France avec le LOSC a accepté de revenir sur ce titre qui a changé sa vie. S’il ne parle pas du LOSC directement, Christophe Galtier évoque une reconnaissance différente et une perpétuelle envie de conserver son ambition en tant qu’entraîneur. 

En effet, celui qui a décidé de rallier la Côte d’Azur à l’été évoque la période délicate, qu’est l’après-titre et son nouveau statut d’entraîneur champion de France : « C’est quelque chose que tu portes, parce qu’avec une telle réussite, il y a automatiquement une grande exposition. Et avec une grande exposition, il y a les jugements qui sont vite faits : on attend de voir si ce n’était pas une performance éphémère, voire imméritée. Par rapport à cela, il faut évidemment rester soi-même, mais être beaucoup plus vigilant sur les messages que l’on veut faire passer. Les médias se demandent si mon équipe va tenir le rythme. Ils se demandent ce que je vais apporter. Ç’a bien démarré ici, ensuite ç’a été un peu patraque. On attend de voir si c’est juste un effet Galtier ou s’il y a quelque chose de plus profond. »

Ensuite, le cinquantenaire raconte une anecdote qui l’a marqué cet été après avoir remporté le championnat avec Lille : « Quand on croise des entraîneurs étrangers de grands clubs, lors d’un match amical, dans un stade ou dans un aéroport, ils vont savoir qui je suis parce qu’on a été champions. Il y a quelques mois, j’étais à un déjeuner en famille dans le Sud, et le directeur de l’établissement me dit : « M. Guus Hiddink voudrait venir vous saluer et vous féliciter. » Voilà… (Il montre sur son téléphone une photo de l’ancien sélectionneur des Pays-Bas prise ce jour-là) Il y a deux, trois jours, j’étais à Cassis et c’est Michel Platini qui était là. De « M. Platini », c’est devenu « Michel ». Évidemment que le regard des gens change, mais le plus important, c’est que moi je ne dois pas changer.Quand tu es champion de France, tu l’es à vie. »

Advertisement
Cliquez pour commenter

Vous devez être identifié pour commenter Connectez vous

Laissez une réponse

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR