Rejoignez nous !

LOSC

Jour 17 du calendrier de l’Avent : Jean II Makoun

Publié

le

Crédit photo : Le Petit Lillois

Si le numéro 17 est désormais sur les épaules d’un certain Burak Yilmaz, il a longtemps été associé à Jean II Makoun. Retour sur le passage au LOSC du plus lillois des Lions Indomptables.

 

Repéré par le LOSC en U17

C’est Joseph-Antoine Bell (ancien gardien de l’OM et de Bordeaux) qui repère le jeune Makoun lors de la Coupe d’Afrique des Nations des moins de 17 ans en 1999. Et qui permettra au LOSC de le convoquer pour un essai…

Plutôt habitué à rechercher les jeunes talents régionaux dans cette tranche d’âge, le LOSC ne laissera pourtant pas passer sa chance et propose un contrat à Jean II après avoir été convaincu par sa venue. Il faut dire que Jean II avait également été élu meilleur joueur de la compétition en Guinée, éveillant la curiosité de quelques clubs européens.

 

Un contrat pro retardé

La belle histoire aurait pu tourner court car le visa « long séjour », nécessaire pour rester en France, mettra presque un an à lui être délivré par l’ambassade de France au Cameroun. Bien que sous contrat avec Lille, le jeune camerounais doit demeurer dans son pays natal.

Après le déblocage administratif de son dossier, Jean II intègre l’équipe réserve à la fin de l’année 2000.

Homme de base de Puel

C’est Claude Puel qui lui offre ses premières minutes en Ligue 1 en novembre 2002. Le club est alors en pleine saison de transition suite au départ d’Halilhodzic et doit lutter pour le maintien. Cependant, le natif de Yaoundé apparaîtra lors d’une dizaine de rencontres en 2002/03.
Suite aux départs de Sylvain N’Diaye et de Fernando D’Amico, Jean II gagnera sa place dès la saison suivante (2003/04) et deviendra titulaire dans l’entrejeu.

Patrick Robert décrit le milieu comme « celui qui incarnait à merveille, avec sa hargne et son esprit combatif, les vertus prônées par l’exigeant (entraineur) ». Le milieu de poche (1,73m) n’en était pas moins bon dans les duels aériens puisqu’il marqua une douzaine de buts avec le LOSC, dont une majorité sur corner.

Fils spirituel de Claude Puel, qui évoluait au même poste en tant que joueur, Makoun deviendra rapidement le premier nom coché sur les feuilles de matchs par l’entraineur castrais. Le technicien l’emmènera d’ailleurs dans ses bagages lors de son départ vers l’Olympique Lyonnais en juillet 2008. A ce jour, Makoun a disputé plus d’un tiers des rencontres dirigées par Puel en carrière (313 sur 900).

Pourquoi Jean II ?

Son papa s’appelait également Jean. Par respect pour son père et comme le veut la tradition (dans son éthnie d’origine, les « Bassa »), le joueur souhaitait qu’on le différencie en ajoutant le chiffre romain « II » après son prénom.

Très attaché à son Cameroun natal, Jean II fera ses premiers pas en sélection, tout juste un an après ses débuts en professionnel, le 19 novembre 2003 face au Japon (0-0).

Au total, il participe à quatre Coupes d’Afrique des Nations (2004, 2006, 2008 et 2010) et à deux Coupes du Monde (2010, 2014) avec les Lions Indomptables. En sélection, il côtoiera Samuel Eto’o à de nombreuses reprises (45 sélections en commun, sur les 68 de Jean II) et deviendra très proche de l’attaquant. Le duo se retrouvera d’ailleurs à Antalyaspor quelques années après (30 matchs en commun en 2015/16).

Statistiques lilloises de Jean II Makoun :

Sous contrat : de juillet 2002 à juillet 2008
Matchs :
210
Temps de jeu (en minutes) : 17.133
Buts : 13
Passes décisives : 9
Cartons : 42 jaunes, 1 rouge
Palmarès : Coupe Intertoto 2004, Vice-Champion de France 2005

Advertisement
Cliquez pour commenter

Vous devez être identifié pour commenter Connectez vous

Laissez une réponse

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR