Rejoignez nous !

Football

Quand les Dogues croisent la route d’un Ballon d’Or

Publié

le

Crédit photo : IconSport

Encore plus indécise que les années précédentes en raison de la crise sanitaire et de l’annulation de l’Euro 2020, la lutte pour le Ballon d’Or s’annonce bien particulière cette saison. Créé en 1956 par le magazine France Football, le Ballon d’Or compte actuellement 44 joueurs différents à son palmarès. Mais combien ont croisé la route du LOSC en match officiel ?

Si à ce jour, le LOSC n’a jamais rencontré le Ballon d’Or masculin en titre, Le Petit Lillois vous dresse ci-dessous, la liste la plus exhaustive possible des lauréats croisés avant ou après leur sacre. On en retrouve 11.

Raymond Kopa, Ballon d’Or en 1958

Le LOSC avait croisé la route d’un certain Raymond Kopaszewski avant même la création du Ballon d’Or.

Si Lille rencontre le club formateur de Raymond Kopa (Noeux les Mines) en Coupe de France 1949-1950, ce dernier a déjà rejoint Angers depuis quelque mois. Le SCO évoluant en D2, c’est donc uniquement sous le maillot du Stade de Reims, qu’il rejoint en 1951, que Kopa croisera Lille. Titulaire indiscutable en Champagne, il est toutefois difficile de retrouver les archives de feuilles de match de l’époque, néanmoins le « Napoléon du football » a eu la possibilité de croiser le LOSC à seize reprises. Douze fois avant son Ballon d’Or reçu du coté du Real Madrid, puis quatre nouvelles fois après son retour à Reims. En dehors des matchs de championnat, Lille rencontra également le Reims de l’époque en finale de coupe Charles Drago 1954, en huitième de Coupe de France en 1955 et lors d’un seizième de finale en deux manches, saison 1963-1964.

Sur ces 16 possibilités, sa présence est confirmée à 8 reprises minimum. On retrouve en effet trace de lui dans plusieurs compositions adverses (en septembre 1952, décembre 1953, septembre 1954, janvier et septembre 1955, mars et aout 1956, puis décembre 1966)

Bilan vs le LOSC : entre 8 et 16 matchs. Kopa inscrivant au minimum un but, le 25 septembre 1955 pour un nul 2-2 au stade Henri Jooris. Notons également qu’une quinzaine d’années minimum séparent son premier et son dernier match face à Lille.

 

Michel Platini, Ballon d’Or en 1983, 1984 et 1985

Le triple Ballon d’Or jouait lui aussi en première division avant son départ vers l’étranger. D’abord à Nancy (1972 à 1979), puis à l’AS St-Etienne (1979 à 1982). Sur cette période, il a croisé le LOSC à six reprises avec chacun des deux clubs, pour la bagatelle de 10 buts inscrits. Hormis la première journée de D1 1978-1979 (le 19 juillet 1978 à Grimonprez-Jooris), le « roi Michel » n’a perdu aucune de ses douze confrontations avec Lille. En véritable bourreau, son ratio dépasse le 0,8 but par match. A noter l’ensemble des confrontations ont eu lieu en championnat, jamais en coupe.

Bilan vs le LOSC : 8 victoires, 3 nuls et seulement 1 défaite pour Platoch’. 10 buts en 1080 minutes.

 

Jean-Pierre Papin, Ballon d’Or en 1991

JPP, troisième Ballon d’Or français a lui aussi fait très mal aux lillois. En 12 confrontations (11 avec l’OM et une avec Bordeaux), il a marqué à 9 reprises. Soit un ratio de 0,75 but/match. En dehors de Pauleta (11), aucun attaquant n’a marqué plus de buts face au LOSC depuis le début des années 80’. Notons que Papin, passé par Guingamp en fin de carrière, n’était pas sur les feuilles de matchs face au LOSC en D2 1998-1999.

Bilan vs le LOSC : 5 victoires de JPP, 3 nuls, 4 défaites. 9 buts en 1080 minutes

Reconverti entraineur, Jean-Pierre Papin croisa la route du LOSC à la tête du RC Strasbourg en seizièmes de finale de coupe de France 2006/07 (victoire lilloise 2-3). Puis avec le RC Lens en 2007/08 ; deux fois en championnat (pour deux défaites) et une fois en coupe de la Ligue (qualification du Racing).

 

George Weah, Ballon d’Or en 1995

À l’origine et jusqu’en 1995, le Ballon d’Or est réservé aux joueurs européens. En dehors des trophées d’honneurs, on ne retrouve donc pas de Pelé ou de Diego Maradona au palmarès. Le règlement évolua ensuite progressivement, pour permettre aux footballeurs (toutes nationalités confondues) d’obtenir ce trophée tant convoité. Dès 1995, George Weah profite de la réforme pour devenir le premier joueur africain à soulever le trophée. Vingt-cinq ans plus tard, le père de Timothy Weah reste d’ailleurs l’unique lauréat de ce continent.

Weah Senior a joué contre Lille à 13 reprises. Onze rencontres ont eu lieu avant son Ballon d’Or (5 matchs avec l’AS Monaco entre 1989 et 1992, 6 matchs avec le PSG entre 1992 et 1994). Et on peut dire que le club lui réussissait puisqu’il a inscrit 6 buts face aux Dogues (sa deuxième victime favorite en carrière).

Au crépuscule de sa carrière, George Weah assura une pige dans un Olympique de Marseille instable, jouant le maintien (en 2000/01). Il fit justement ses débuts marseillais contre Lille, le 22 octobre 2000, mais s’inclina face aux dogues à l’aller (0-1), comme au retour (1-0).

Bilan vs le LOSC : 6 victoires de Weah, 4 nuls, 3 défaites. 6 buts en 929 minutes

 

Matthias Sammer, Ballon d’Or en 1996

Ballon d’Or en 1996 en tant que joueur du Borussia Dortmund, le milieu (ou libéro) allemand sera également entraineur du BVB entre 2000 et 2004. Il croise donc logiquement la route du LOSC au printemps 2002 pour un huitième de finale de coupe UEFA. L’équipe de Sammer élimine Lille sans gagner (1-1, 0-0) et échouera en finale face au Feyenoord Rotterdam.

 

Zinedine Zidane, Ballon d’Or en 1998

Le champion du monde français a disputé 9 rencontres face au LOSC, toute avant son Ballon d’Or.
On parle d’un Zizou de 18 ans à peine, alors sous le maillot cannois pour son premier match face aux dogues (en janvier 1991). Il dispute ensuite deux autres confrontations avec l’AS Cannes, puis recroise Lille sous la tunique des girondins (lors de ses quatre saisons à Bordeaux).

Bilan vs le LOSC : 5 victoires de ZZ, 3 nuls, 1 but… et une seule défaite (à Grimonprez-Jooris, en mai 1995)

 

Ronaldo de Assis Moreira, dit Ronaldinho, Ballon d’Or en 2005

Arrivé en France en juillet 2001, le phénomène brésilien joua à trois reprises face à Lille. Tout d’abord lors de la dernière de Vahid à Grimonprez-Jooris (victoire 1-0 du LOSC en mai 2002). Puis, une fois auréolé de son titre de champion du Monde 2002, il retrouva le LOSC, à l’aller et au retour de la saison 2002-2003. Transféré ensuite au FC Barcelone, il y fit éclater son talent pour obtenir le Ballon d’Or 2005.

Bilan vs le LOSC : 1 victoire de Ronnie, 2 défaites. Un but en 225 minutes

 

Fabio Cannavaro, Ballon d’Or en 2006

Ballon d’Or suite au sacre des italiens au Mondial 2006 (et surement au coup de boule de Zidane en finale)… Cannavaro avait croisé la route des dogues lors des débuts européens du LOSC. En août 2001, Fabio Cannavaro est en effet le meneur d’une défense fraîchement amputée de Buffon et Thuram. L’italien, titulaire à l’aller et au retour, ne put empêcher l’élimination de Parme lors de ce barrage vers la Champions League.

Bilan vs le LOSC : 1 victoire, 1 défaite, 1 élimination

 

Ricardo Izecson dos Santos Leite, dit Kaká, Ballon d’Or en 2007

Le LOSC peut se targuer d’avoir muselé Kaká lors de l’année d’obtention de son Ballon d’Or. Le brésilien, auteur de 10 buts en Champions League 2006/07, termine vainqueur et meilleur buteur de l’épreuve. Il ne trouvera pas la faille face à la défense lilloise lors des deux rencontres de poule. Kaká était pourtant titulaire à l’aller (0-0 à Bollaert) et est entré à la 54ème minute de jeu au retour (0-2 à San Siro).

Bilan vs le LOSC : 0 victoire de Kaká, 1 nul, 1 défaite. 0 but en 126 minutes

 

Cristiano Ronaldo, ballon d’or en 2008, 2013, 2014, 2016 et 2017

Le LOSC n’a pas croisé le CR7 quintuple Ballon d’Or, mais un Ronaldo alors âgé de moins de 21 ans, qui disputait sa troisième saison en Angleterre du coté de Manchester United.
Le deuxième joueur le plus titré au Ballon d’Or (derrière Messi et ses 6 trophées) a joué les deux matchs de poule de C1 face aux dogues en 2005/06 (nul 0-0 à Old Traford, et victoire lilloise 1-0 au Stade de France).

L’année suivante il retrouvait les lillois en huitième de finale, et contribuait malheureusement à l’élimination par sa passe décisive vers Henrik Larsson au retour. C’est véritablement lors de cette saison 2006/07 qu’il explosa, terminant d’ailleurs second au classement du Ballon d’Or 2007 (bien que 167 points derrière Kaká)…

Bilan vs le LOSC : 2 victoires de CR7, 1 nul, 1 défaite. 0 but en 320 minutes

 

Ada Hegerberg , Ballon d’Or en 2018

Notons également qu’Ada Hegerberg ; première joueuse à avoir remporté la distinction féminine en 2018, a rencontré le LOSC à cinq reprises. Avant l’obtention de son trophée, elle réussissait à inscrire un doublé à chaque fois qu’elle croisait la route des joueuses lilloises en D1 (octobre 2017, mars et aout 2018), soit 6 buts ! Depuis son Ballon d’Or, Ada a disputé deux rencontres face aux dogues sans scorer (17e journée de D1 en février 2019 et finale de la coupe de France de mai 2019)

Bilan vs le LOSC : 5 victoires de Ada. 6 buts en 450 minutes

 

Ils sont passés tout proches du LOSC ou du Ballon d’Or :

Kévin Keegan, double Ballon d’Or en 1978 et 1979 aurait pu être du fameux tournoi de la communauté urbaine de Lille en juin 1980, avec son club de Hambourg SV. Mais il était en plein transfert vers Southampton et n’a donc pas pu assister au sacre du LOSC dans ce tournoi relevé (présence du club brésilien de l’Atletico Mineiro et du champion Nantais, lors de cette édition au stadium, en plus du finaliste allemand de la C1).

Andriy Shevchenko, Ballon d’Or en 2004, a quasiment joué dix saisons au Milan AC (de 1999 à 2009), faisant un croché raté par Chelsea (2006 à 2008)… justement lorsque le LOSC croisa le club rossoneri.

Wesley Sneijder, adversaire du LOSC avec l’Inter Milan à deux reprises en 2011/12, partait très largement favori pour remporter le Ballon d’Or 2010. Sa quatrième place créa une polémique, en raison du changement de système de vote. S’il était resté inchangé et donc réservé aux journalistes, c’est bien Sneijder qui aurait remporté le trophée.
Notons que l’international néerlandais également de passage à Nice en 2017/18, n’y a pas croisé la route de Lille.

 

Et pourquoi pas un dogue sacré au Ballon d’Or ?

Dans la même logique que Wesley Sneijder en 2010, de nombreux observateurs voyaient Franck Ribéry comme Ballon d’Or 2013, en raison de son rôle dans le triplé du Bayern Munich. L’international français, passé par le centre de formation du LOSC entre 1995 et 1999, devra pourtant se contenter d’une troisième place.

D’autres joueurs (et un entraineur) passés par le club figurent également dans les différents classements annuels. Mais à part Ribéry, aucun n’a réussi à monter sur le podium et ainsi s’approcher de la consécration :

  • Patrick Kluivert 5e en 1995
  • Eden Hazard six fois dans le TOP 30, avec un meilleur classement de 8e (en 2015 et 2018)
  • Dimitri Payet, 17e en 2016
  • Pierre-Emerick Aubameyang, deux fois dans le TOP 30, et 20e en 2019
  • Vahid Halilhodžić, 21e en 1985
  • Eric Abidal, nommé, mais non classé en 2011

 

Advertisement
Cliquez pour commenter

Vous devez être identifié pour commenter Connectez vous

Laissez une réponse

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR