Rejoignez nous !

Football

Florent Balmont : « Je pensais ne jamais venir à Lille »

Publié

le

Crédit photo : IconSport

Lors d’un live Instagram avec Ludovic Obraniak, Florent Balmont est revenu sur son parcours à Lille. Il révèle quelques anecdotes, notamment lors de son arrivée et dévoile la recette pour avoir un milieu de terrain aussi fort qu’en 2011.

Arrivé en 2008, Florent Balmont a failli ne pas connaitre le maillot des Dogues : « C’est Claude Puel qui me voulait au départ. Je sentais que le LOSC franchissait des paliers, que c’était un club pour moi. Mais je pensais ne jamais venir puisque Claude est parti à Lyon. Rudi Garcia est arrivé et il a approuvé le transfert. »

Mais tout s’est bien déroulé pour le milieu de terrain qui s’est également bien intégré même si l’effectif lillois ne voulait pas de lui avant qu’il arrive : « Je n’ai pas senti de froideur dans le groupe envers moi. Au départ, soit ça passe le premier jour, soit ça casse. J’ai tout de suite senti que j’étais dans un bon groupe, des bons mecs. Il y avait aussi du potentiel, notamment avec le centre d’entrainement. J’étais dans le Sud pour venir dans le Nord… J’avais vu les ch’tis juste avant, je me suis dit : « Merde, qu’est ce que je vais découvrir ? ». J’ai découvert un club et une région magnifique. »

Acteur majeur du doublé, Florent Balmont est revenu sur cette épopée et révèle ce qui a fait la force du groupe à ce moment là : « Ça fait neuf ans, ça passe très, très vite. C’était comme si c’était hier : se rappeler de pleins de choses, des souvenirs, les mises au vert, les entraînements, après les matchs… On dit que pour avoir du résultat, il faut avoir un bon groupe. C’est ce qui s’est passé. Il y avait une équipe titulaire mais tout ceux qui rentraient en cours de matchs étaient dans l’esprit, ils faisaient la différence. En plus, au début on commençait mal. Quatre matchs nuls en autant de matchs. Le déclic s’est fait à Lens quand on gagne 4-1. On avait aussi une bonne complémentarité au milieu de terrain. C’est ça qui est important : quand tu es potes, tu sais que derrière ça fait le travail. Il y avait toujours quelqu’un. C’est une force irremplaçable dans une équipe. C’est pour ça que tu faisais des résultats. »

A 40 ans, Florent Balmont a récemment mis un terme à sa carrière et travaille sur de nouveaux projets : « La carrière d’entraîneur me plait énormément. Je veux entraîner et passer les diplômes. Il y a d’autres projets qui sont en discussions. »

Advertisement
Cliquez pour commenter

Vous devez être identifié pour commenter Connectez vous

Laissez une réponse

Populaires

Le Petit Lillois

GRATUIT
VOIR